#VFF2018 | #FirstMan: Chazelle nous emmène dans les étoiles

Le prestigieux  festival de Venise a ouvert ses rideaux avec la projection en avant-première mondiale du nouveau ChazelleFirst Man. Ce film très anticipé du jeune réalisateur franco-américain réunit une équipe en or : Ryan Gosling incarne le rôle principal, Justin Hurwitz revient après La La Land pour la bande originale, et Steven Spielberg est appelé à la production. La recette parfaite pour un long métrage réussi. Ce biopic de Neil Armstrong est un projet de longue date pour Damien Chazelle, qui avait proposé le rôle à Ryan Gosling avant même de réaliser La La Land. Le réalisateur voulait approcher d’un angle différent ces thrillers que l’on connaît tous, en ajoutant toute une dimension intime et tragique. C’est alors avec l’aide de témoignages et documentaires, que naît ce film si réaliste, poignant et envoûtant à la fois.

Capture d_écran 2018-09-04 à 12.43.29

Synopsis : L’histoire fascinante de la mission de la NASA d’envoyer un homme sur la Lune, centrée sur Neil Armstrong et les années 1961-1969. Inspiré du livre de James R. Hansen, le film explore les sacrifices et coûts – d’Armstrong et de la nation – d’une des plus dangereuses missions de l’Histoire.

First Man est dirigé avec une minutie et un rythme propre à Damien Chazelle. On retrouve la poésie et des scènes qui sont chorégraphiées tel un ballet de La La Land, mais également le rythme et l’intensité de Whiplash qui se ressentent jusqu’à l’intérieur. Le spectateur est mis en confiance dès le début et vous n’en sortirez pas déçus. Linus Sandgren, directeur de la photographie, et Justin Hurwitz, compositeur, donnent au film un aspect féérique, idyllique. Ces images à couper le souffle et cette musique envoûtante contrastent avec le jeu des acteurs principaux, Ryan Gosling et Claire Foy, d’une sincérité rare. C’est là tout le talent de Damien Chazelle, réussir à faire rêver les spectateurs en trouvant l’équilibre parfait entre poésie et tragédie. Foy a trouvé dans First Man le rôle qui chaponne son année 2018. Entre The Crown et Unsane (Paranoïa), l’actrice a montré avec confiance sa polyvalence en se glissant dans tous ses rôles avec une aisance déconcertante. Dans First Man, elle incarne Janet, l’épouse de Neil Armstrong, et une mère de famille qui soutient son entourage avec une sincérité débordante. Pas d’artifices ou de scènes surjouées pour sortir du lot, Claire Foy garde les pieds sur terre et délivre une performance poignante. Le fils de Neil Armstrong lui-même en fait l’éloge, la félicitant pour son authenticité et tout le travail de recherches que l’actrice a fait en amont.

Après son succès à la Biennale de Venise et au Festival International de Film à Toronto (TIFF), la France accueille First Man dans ses salles le 19 octobre 2018. En attendant, regardez la bande annonce !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star